> accueil > actualites golf > ouverture de la saison golf 2015

Ouverture de la saison golf 2015

Publié le 03/02/2015, par C.G.V.

Gary Stal - Abdu Dhabi en janvier 2015

Gary Stal à Abu Dhabi,
Golfeur du mois du Tour Européen en janvier 2015
crédit photo: D.R. Tour Européen

La France en forme

En ouverture de la saison 2015, la trilogie des Émirats a mis la France à l'honneur avec la victoire de Gary Stal à Abu Dhabi et la 4e place de Victor Dubuisson.

Dans la foulée, Grégory Bourdy s'octroyait une 5e place au Qatar et Gary Stal récidivait en terminant 4e à Dubaï.
Des lauriers qui ne cachent pas la bonne forme des Tricolores même si, pour l'instant, ils n'ont pas tous affiché la même réussite. La saison est encore longue...

South African Open Championship

À l'issue des fêtes de fin d'année, le Tour européen reprenait son bâton de pèlerin en Afrique australe avec le South African Championship disputé en banlieue de Johannesburg.
L'occasion pour l'Anglais Andy Sullivan de se défaire du champion local Charl Schwartzel dès le premier trou de play-off. Quatre coups perdus entre le 14 et le 17 du Glendower GC privaient Schwartzel d'une victoire qui lui semblait acquise une heure plus tôt...
Pour la reprise, le jeune Lyonnais Gary Stal partageait la 5e place avec pas moins de quatre eagles dans la semaine. Un résultat qui allait mettre le joueur en confiance avant de rejoindre le golfe persique pour la trilogie « Golf in Gulf ».

Abu Dhabi HSBC GC

L'Allemand Martin Kaymer, déjà vainqueur à trois reprises dans l'émirat, semblait marcher sur l'eau vers un nouveau titre... Jusqu'à ce qu'un grain de sable vienne enrailler la belle mécanique.
Un double bogey sur le 9 puis un triple au 14 sans l'ombre d'un birdie reléguaient l'Allemand à la 3e place tandis que le titre allait se jouer à distance entre le n°1 mondial Rory McIlroy et Gary Stal qui connaissait une réussite sans faille. Une carte dominicale auréolée de sept birdies allait consacrer le Français qui n'en attendait pas tant, il avait du mal à masquer son émotion en répondant aux sollicitations de la presse après que le camp français lui ait fait une haie d'honneur entre le green du 18 et le recording.

Issu du Challenge Tour (deux victoires en 2012), ce garçon âgé de 22 ans qui avait terminé la saison passée à la 89e place se retrouvait dans le Top 10 de la Race to Dubai avec un chèque de près de 380.000 € et une exemption jusqu'à fin 2017 sur le Tour européen. Une sorte de cadeau de Noël avec trois semaines de retard ! Si cette victoire inattendue avait toutes les raisons de satisfaire le camp tricolore, la 4e place de Victor Dubuisson, derrière Stal, McIlroy et Kaymer, venait pour sa part conforter la bonne forme du Cannois en début d'année.

Doha

La semaine suivante, le Tour remontait au Qatar, en longeant la côte Est de la péninsule arabique. À Doha tandis que les champions de handball chauffaient les parquets des salles climatisées de l'émirat avant que la France n'ajoute une cinquième étoile mondiale à son palmarès, le Sud-Africain Branden Grace s'imposait avec un coup d'avance sur l'Écossais Marc Warren et deux sur l'Autrichien Bernd Wesberger.

Supporté par Annabelle, son amie, et Mélodie, sa sœur, Grégory Bourdy parvenait, au prix d'un aller en 30 (6 birdies) pour un 65 dominical, à remonter à la 5e place.

Dans le même temps, Benjamin Hébert partageait la 10e place pour conforter l'idée que les jeunes Français comme les plus expérimentés sont au rendez-vous dès les premiers tournois.

Dubai Desert Classic

Dernière étape émirati, sans doute la plus prestigieuse, la mieux dotée, la plus médiatisée, le Dubai Desert Classic n'allait pas trahir sa renommée. Le n°1 mondial, l'Irlandais du Nord Rory McIlroy arrivait sur l'Emirates GC avec l'intention affichée de s'imposer. Il avait déjà triomphé sous le soleil du Moyen-Orient en 2009 mais le jeune Irlandais n'avait alors pas le même palmarès.

Avec 24 birdies pour seulement deux bogeys en quatre jours, Rory n'a laissé à personne le soin de mener la danse entre les buildings du front de mer et les greens de Dubaï. Leader dès le soir du cut, McIlroy a contenu les attaques de ses adversaires jusqu'à la victoire.
Malgré un dernier tour plus timide bouclé en 70, il devance le Suédois Alex Noren – auteur d'une carte de 65 le dimanche - de trois coups. Suivent l'Écossais Stephen Gallacher, l'Allemand Martin Kaymer... et le Français Gary Stal qui, après sa victoire d'Abu Dhabi et un cut raté au Qatar encore sur son petit nuage, a retrouvé le chemin de la réussite et la confiance à Dubaï.
Avec cet accessit, le Lyonnais prouve que sa victoire n'avait rien à voir avec le hasard, bien au contraire.

Encore dans le coup même si la victoire demeurait un peu loin, Grégory Bourdy a partagé la 13e place avec le Suédois Henrik Stenson. Havret, Jacquelin, Lévy, España, Lorenzo-Vera avaient également franchi le cut de Dubaï face à un champ de jeu de belle envergure.

Alors que le Tour européen s'envole vers l'Asie pour se poser en Malaisie, Thaïlande, Inde avant de revenir en Afrique du Sud, fin février pour trois semaines, on ne peut que se féliciter des résultats tricolores même si quelques Français ont encore des petits réglages à faire sur leur mécanique de précision... pour briller sous toutes les latitudes.

Claude GRANVEAUD-VALLAT

Faites part de votre avis

Objet
Votre commentaire

Actualités Golf - Archives

  2013 | 2012 | 2011-07 | 2011-06 | 2011-05 | 2011-04 | 2011-03 | 2011-02 | 2011-01 | 2010-12 | 2010-11 | 2010-10 |
  2010-09 | 2010-08 | 2010-07 | 2010-06 | 2010-05 | 2010-04 | 2010-03 | 2010-02 | 2010-01 | 2009-12 |





Alstom open de France 2015

parcours golf 2

   

© Copyright Golftour-passion 2010-2016